Se libérer de la possession d’entités

Un fœtus qui s’est affaibli dans l’utérus, peut être vulnérable à la possession d’entité plus tard dans la vie :

  • idéalement un fœtus se délecte dans le bonheur et la lumière de l’amour de sa mère. Cependant, si la femme ne veut pas le bébé et se trouve contrainte, fâchée, ou rendue amère à son égard, le fœtus vit alors dans l’obscurité énergétique de cette femme, qui lui détruit ses systèmes de défense;
  •  si une femme enceinte vit avec un partenaire abusif et en est traumatisée, le fœtus l’est tout autant; une entité peut alors entrer dans la mère et causer bien du tort au fœtus;
  • si une femme enceinte fume régulièrement, prend de l’alcool ou des drogues (s’y ajoutent quelques médicaments délivrés sur ordonnance), ces substances peuvent passer par le placenta pour atteindre le fœtus; ainsi très souvent le bébé sera rendu dépendant dès la naissance et vulnérable à cette dépendance plus tard dans son existence.

Quelle emprise une entité peut-elle avoir sur une personne?

  • elle cause et aggrave la fatigue parce qu’elle suce l’énergie de vie de son hôte ;
  • elle amplifie la tendance d’une personne à maltraiter physiquement, émotionnellement, ou psychologiquement les membres de sa famille ou d’autres personnes;
  • elle favorise des dépendances vers l’abus compulsif d’alcool et de drogues où prône leur consommation aussi bien le tabac, que le sexe, la nourriture, ou la pratique du jeu ;
  • elle intensifie des sentiments comme la colère, le chagrin ou la crainte;
  • parfois elle cause ou amplifie des maladies, des tumeurs, des maux de tête sévères ou des migraines graves, des envies irrépressibles de nourriture, des tendances violentes, la dépression, l’inquiétude, des changements brusques d’attitude, des actions irresponsables, ou de folie momentanée.

Pourquoi un hôte encourage-t-il parfois la possession?

  • le plaisir conjugué de l’hôte et de l’entité est amplifié quand ils s’adonnent dans leur désir commun; les deux tressaillent de jouissance des sens et d’émotions fortes ;
  • l’entité entretient la compagnie de l’hôte, cela devenant une manière de composer avec la solitude ; c’est particulièrement le cas quand une entité est invitée par un enfant solitaire et devient une compagne de jeu parfois pour la vie;
  • l’entité satisfait le besoin de se soucier de quelqu’un. Ceci peut être particulièrement vrai pour une femme qui a fait une fausse couche ou a subi un avortement; la souffrance languissante d’une femme en attente de chérir un enfant peut attirer une entité dans son utérus.

L’hôte doit examiner et prendre la responsabilité des voies par lesquelles il ou elle contribue à la possession d’entité.

Haut de Page