C’est le moment de briller, d’être empathique et compatissant.

Un grand nombre d’entre nous passent une grande partie de leur vie à l’abri des regards, excluant partiellement les parties de nous-mêmes que nous n’aimons pas, que nous ne comprenons pas ou qui nous font peur.

Nous pouvons nous sentir enlisés et submergés par les changements constants de la vie, ce qui nous donne l’impression de ne pas pouvoir respirer, et cela peut contrecarrer ou bloquer la connexion que nous avons avec notre moi profond, avec les autres et avec l’univers.

Bien sûr, moins nous reconnaissons ou parlons des choses que nous cachons, plus elles grondent et plus il nous est difficile de trouver un chemin où leurs échos ne nous bombardent pas à chaque pas.

Pourtant, parler à cœur ouvert est une chose que peu de gens trouvent facile, beaucoup ne veulent pas entendre que quelqu’un a peur, souffre ou se sent seul. Beaucoup ne veulent pas tendre la main à quelqu’un qui se trouve dans un espace sombre, soit parce qu’ils ne le remarquent pas, soit parce qu’ils se sentent eux-mêmes trop accablés pour être en mesure d’aider.

En conséquence, le monde peut ressembler à un environnement hostile, contrôlé par le pouvoir, la cupidité et la souffrance. Nous pouvons nous sentir seuls même si nous sommes dans une ville de millions de personnes, et nous pouvons entendre du bruit même s’il y a du silence.

Plus nous gardons de choses en nous, plus des fissures apparaissent et l’énergie nécessaire pour « tenir le coup » devient si grande qu’il ne reste plus grand-chose pour vivre. Il devient plus facile de se cacher, de mettre une cape sur les parties jugées « inacceptables » par nous-mêmes ou par la société, mais tout cela ne fait que créer davantage de fissures et de crevasses.

Nous voyons quelques âmes courageuses qui se battent pour la justice, pour ce qui est bien et pour ce qui est mal. Nous voyons d’autres personnes prêtes à exposer leur âme au monde pour que d’autres puissent voir leur douleur, leur traumatisme et leurs imperfections.

Si c’est un moyen d’atteindre les autres, d’apporter la compréhension et l’unité, certains en font une arme et transforment ces mots en lances ou en balles. Personne n’est parfait, personne n’est « entier », personne ne peut exister comme une île car nous sommes tous des parties interconnectées du tout. Ce que nous faisons aux autres, nous le faisons à nous-mêmes.

Nous traversons une période tumultueuse de changement, mais une période où la compréhension, l’acceptation, l’autorisation, la grâce et la tendresse remontent à la surface pour être utilisées par chacun d’entre nous afin de créer un monde plus accueillant.

Il y a beaucoup d’âmes sensibles qui trouvent le monde hostile, et il y en a beaucoup d’autres qui ont peur de parler, d’être ouvertes ou de partager leur douleur par crainte du jugement ou de la souffrance. La vie, par sa nature même, est inconnaissable.

Nous ne pouvons pas savoir ce qui se trouve au prochain coin de rue, mais cela signifie-t-il que nous devons rester figés sur place ? Chacun d’entre nous doit-il affronter la peur et reconnaître qu’il ne faut pas prendre l’incertitude inhérente à la vie si personnellement ?

C’est le moment de briller, d’être empathique et compatissant envers nous-mêmes et envers les autres. C’est le moment de réaliser que lorsque quelqu’un traverse une nuit noire de l’âme, nous ne devons pas juger, mais nous pouvons offrir un sourire ou un soutien silencieux.

Très souvent, pendant ces périodes, il n’y a pas de lumière et plus nous la cherchons, plus l’obscurité devient grande. Parfois, nous devons trouver notre subsistance dans l’obscurité, tout comme une jeune pousse qui se prépare à sortir de terre. L’obscurité, comme nos imperfections, n’est pas quelque chose à craindre, elle fait simplement de nous des êtres humains.

Plus nous nous honorerons et nous aimerons les uns les autres, plus nous nous écouterons les uns les autres, plus nous ferons preuve de compassion et de soutien, plus le monde s’améliorera. Ainsi, alors que beaucoup se sentent encore confus et déconcertés, d’autres trouvent leurs marques et leur courage.

Certains peuvent courir devant, mais d’autres resteront et s’autoriseront à faire volontairement et consciemment partie du cycle d’évolution; à inspirer quand les autres expirent et vice versa. Mais plus encore, ils resteront fermes, même lorsque le ciel s’assombrira de nuages d’orage et que les vents prendront de la force et de l’élan.

Il faut du courage pour choisir un tel rôle, mais beaucoup d’entre nous choisissent aujourd’hui de vivre une vie plus connectée et plus éveillée, ce qui apporte un sentiment d’unité et de connexion qui inspire chacun d’entre nous à continuer, même lorsque les temps sont durs.

Une grande partie de cela vient de la volonté d’être ouvert, d’honorer nos imperfections et de réaliser qu’elles sont, en fait, merveilleuses, de parler de nos peurs et de notre douleur, et de savoir que c’est normal de ne pas être bien.

Malgré l’incertitude, nous devons trouver la paix dans le chaos et prendre le temps de réfléchir à la véritable beauté de la vie. Il est temps de se délecter des merveilles de la vie, d’arrêter de considérer les choses comme acquises et de tirer le meilleur parti de chaque instant, en vivant la vie aussi pleinement que possible.

Alors, pour ceux d’entre nous qui le peuvent, respirez profondément dans le monde. Pour ceux d’entre nous qui luttent, sachez que vous n’êtes pas seuls…

Vous aimez mon blog : Abonnez-vous, faites abonner vos amis, vous recevrez automatiquement les nouveaux articles. Précisez votre adresse mail dans le tableau situé sur la droite de ce texte. Haut de page côté droit ==>
Vous aimez cet article? Donner votre ressenti ICI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s